e8baec5cd2fde71c6b24e8b0cc8c736a--meaningful-quotes-uplifting-quotes

Bonjour guys ! Pour celles et ceux qui me suivent depuis un certain temps, vous vous demandez sans doute pourquoi mon blog connu sous le nom de The Chronicles of Marion s’appelle désormais The Chronicles of Ada. Pourquoi ? Tout simplement car j’ai décidé de changé de prénom. Non cela ne m’a pas sauté au casque de façon impromptue, au contraire cela me taraudait depuis un certain temps déjà. Je m’appelais Marion Raynal, une identité bien franco-française. Je suis née à Agen, dans le Lot-et-Garonne.

1ca58bff33

Je n’ai pas honte de mes origines bien que les gens du Sud-Ouest soient souvent moqués pour leur accent chantant, la prononciation du « S » de « moins » et l’utilisation de « chocolatine » pour désigner ces viennoiseries feuilletées garnies de chocolat. Néanmoins, je suis aussi d’origine italienne de part ma mère. Mes grands-parents sont tous deux originaires d’Italie, elle du Piémont et lui du Lazio, de Rome précisément.

 

Sans rentrer dans les détails généalogiques, mon arrière grand-mère paternelle se nommait Ada, elle est morte alors que mon grand-père était encore un enfant. Lorsque ma mère est née, ils souhaitaient la baptiser Ada mais l’Etat Civil leur a refuse. Ils étaient issus d’une famille d’immigrés italiens, il fallait que le prénom de l’enfant soit Français. C’est donc Martine qui fut choisit, peu original pour l’époque. A ma naissance, mes parents n’ont même pas cherchés à me donner une identité à consonance étrangère. Mon nom de famille se résume à celui de mon père, celui de ma mère n’y est pas accolé. Depuis quelques mois je souhaitais ajouter Vulpiani derrière le Raynal. Ma mère étant fille unique je ne voulais pas que son nom tombe dans l’oublie. Mais Marion Raynal-Vulpiani ne m’étais pas suffisant. A vrai dire, je n’ai jamais aimé mon prénom. Je ne le détestais pas non plus, mais je ne reconnaissais pas dans ce mot. C’est l’identité que l’on m’a donnée, Ada est celle que je choisis.

A17967

D’ailleurs en fouinant j’ai découvert qu’un livre intitulé « ADA‘ a été publié. Ce prénom est peu répandu, tant mieux. En décidant de me nommer autrement, je décide de renaitre, de reprendre à zéro, d’entamer une nouvelle vie. De nombreux projets dont je ne peux pas encore parler ici sont en cours, je suis pleine d’espoir pour l’avenir. Fini l’anorexique dépressive, je suis une malade en rémission, motivée plus que jamais pour s’en sortir. Comme tous nouveaux nés il faut d’abord que j’apprenne à marcher, mais je suis sur la bonne voie, je tiens debout, rien ni personne ne me fera chanceler.

J’ai annoncé à mes parents ma décision, ma mère m’a répondu qu’elle était touchée, elle souriait, émue. J’espère être à la hauteur de la femme que mon arrière grand-mère était. J’espère aussi que lorsque je l’annoncerai à mes grands-parents ils soient heureux de savoir que leurs origines, que leurs familles, ne mourront pas avec eux, que la descendance est assurée, j’en suis la preuve vivante. Il me reste à modifier mon identité sur toute la paperasse administrative, ce qui est comme vous vous en doutez, une galère sans nom ( jeu de mot involontaire ). Cependant, mes proches m’appellent désormais Ada, j’ai modifié mes identifiants sur les réseaux sociaux et j’ai donc également renommé le blog. J’espère que cela ne vous perturbera pas outre mesure, rien d’autre ne change, juste le prénom.

Me voici me voilà, sans filtre aucun ( ça se voit non ? ), Ada Marion Raynal-Vulpiani. A moitié française, à moitié italienne, aimant les macarons autant que les pâtes, le chocolat chaud autant que l’espresso, la Tour Eiffel autant que celle de Pise, mon père autant que ma mère, celle que j’étais et celle que je serai, mais avant tout celle que je suis.

FullSizeRender (1)

Bisous, Ada.