mamie-tatouage

Bonjour guys ! Le titre est évocateur, vous l’avez donc compris : je me suis faite tatouée ! Cela faisait des années, depuis 2013 environ, que je songeais à me faire tatouer. J’ai souvent hésiter concernant le motif, preuve que je ne savais pas ce que je voulais. Je savais simplement que je voulais avoir un dessin sur ma peau, restait à trouver lequel. J’ai bien fais de prendre mon temps, car le motif s’est imposé à moi. Lorsque je l’ai vu, j’ai su. Il s’agit du mot « Vici » issu de la citation de Jules César « Veni Vidi Vici« , plus connue sous la maxime de « Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu« . A Rome il y a deux ans dans une boutique souvenir j’avais trouvé une plaque avec ces mots gravés, je l’ai dans ma chambre depuis lors. Ces mots m’inspirent au quotidien, et un beau jour, ou peut-être une nuit comme dirait Barbara, ne me demandez pas pourquoi, le mot « Vici » m’a spécialement attirée, ou plutôt frappée. « J’ai vaincu« , c’est une belle idée non ? Dans mon esprit le mot vaincre n’est pas belliqueux au sens où Jules César devait l’entendre. Me concernant, il s’agit de vaincre le mal, le malheur, la peine, l’ennui, le désespoir, le doute, et surtout je l’espère de tout coeur, un jour vaincre mon anorexie.

15b1178b99dd6590a1670179c8cc07b8

J’ai décidé d’inscrire ce mot dans la peau de mon poignet gauche. Le motif fait 1cm, il est facilement camouflable si un jour je m’en lasse ou si, pour des raisons de code vestimentaire, il faut faire peau lisse. Mais cela ne fait pas longtemps que mon corps est encré, aussi je le regarde avec plaisir, et à chaque fois que je fois ce mot, je me rempli de force. C’est comme un mantra qui me rempli de courage. Voici le résultat, bien que la luminosité ne lui rende pas justice :

IMG_1629
De plus prés voilà ce que ça donne :
IMG_1631.jpg
Si j’ai attendu toutes ces années, c’est d’une part car je n’étais pas certaine du motif, mais aussi car je savais que mes parents ne seraient pas d’accord bien que je sois majeure. C’est surtout pour des raison sanitaires. Tellement de salons sont sales et ne respectent pas les normes d’hygiènes, j’avais peur de choper une maladie à cause d’une aiguille déjà utilisée, je n’avais pas confiance aux tatoueurs non plus. Vous savez ce stress de tomber sur un mec défoncé qui vous tatoue une croix gammée sur le front au lieu d’une fleur sur la cheville ?  J’avais peur d’avoir mal, surtout quand on sait qu’il s’agit d’aiguilles qui vous percent la peau. J’avais peur de mal réagir à l’injection d’encre, bref j’avais peur de tout ce que se faire tatouer représente.
tatouage-en-slow-motion_154664_w460
Mais ceci implique cela, et la peur ne peut pas guider nos vies. Une fois que ce « Vici » m’a frappée et que j’ai réalisé que c’était ça que je voulais me faire tatouer, j’ai décidé de me rendre dans un salon afin d’obtenir des renseignements. Au final, je suis ressortie de là avec un rendez-vous pour la semaine suivante afin de procéder au tatouage. Comme quoi, tout peut arriver.
Je me suis rendue au salon Sasoun Tattoo à Castelajoux dans le Lot-et-Garonne, à dix minutes à peine de chez moi. L’endroit a ouvert il y a peu de temps, il est tenu par un couple. Elle tatoue et lui perce, chacun sa spécialité. J’ai payé 40E pour le tatouage, le salon était très propre, l’accueil chaleureux et souriant. Il faut tout d’abord faire une prévisite pour discuter du motif, une fois que le dessin est choisi on peut fixer rendez-vous. Le jour même j’ai rempli une fiche sur laquelle il fallait cocher si j’avais tel ou tel antécédent ou souci de santé etc. La tatoueuse m’a ensuite dirigée vers la pièce derrière le comptoir où elle passe à l’action. Elle portait des gants, tout était sous emballage stérilisé, elle m’a fait voir les produits, leur date de péremption, et m’a dit qu’elle utilisait de l’encre végétale. Elle m’a désinfecté le poignet puis a mit de la crème. Elle a décalqué le motif sur un bout de papier exprès de sorte que l’encre se dépose sur l’endroit souhaité. Une fois le « Vici » décalqué, elle a saisit le pistolet aiguillé et m’a percé la peau. En moins de deux minutes le dessin est devenu indélébile. Aucune douleur, juste une petite sensation de chaleur. Elle m’a conseille d’acheter de la crème Bépanthène en pharmacie et de m’en tartiner plusieurs fois par jour pendant trois semaines, de ne pas l’exposer au soleil, de ne pas le laisser longtemps sous l’eau, et de revenir la voir dans 1 mois pour voir si tout va bien, et bien sur avant si jamais quelque chose n’allait pas. J’ai suivi ses recommandations, et cela fait désormais plus d’1 mois que j’ai mon tatouage et tout va bien. Aucune rougeur, aucun gonflement, aucune réaction allergique, rien à signaler. Pour toutes ces raisons, je recommande donc ce salon aux personnes résidants dans le 47 ou dans les environs de Casteljaloux et souhaitant se faire tatouer. Si vous êtes intéressés voici les coordonnées du salon :
– Adresse : 17 bis boulevard Victor Hugo, Casteljaloux, Aquitaine, France 
– Mail : @sasountattoo 
– Téléphone :  07 68 35 52 77
-Leur page Facebook : http://bit.ly/2sVz3Uq
Un article sur eux est même paru dans le « Sud-Ouest » : http://bit.ly/2tyQ44r

 

Je pense que je me ferais tatouer à nouveau, j’ai déjà une idées du prochain motif que je souhaiterais. Je vais attendre encore quelques temps, non seulement pour des raisons financières mais je ne veux pas non plus tomber dans la frénésie au point de devenir comme ça :

Top-10-pires-tatouages-au-monde-7

Ne jamais dire jamais, vous remarquerez que je n’ai pas écris jamais. Mais bon, entre nous je trouve cet extrême peu esthétique. Chacun fait ce qui lui plait avec son propre corps après tout. Et vous, êtes-vous tatoué ? Si non, pensez-vous sauter le pas ? Si vous avez des questions surtout n’hésitez pas, je serais ravie d’apporter de plus amples précisions. Sur ce, je vous souhaite tout le meilleur du monde et je vous dis à très vite dans un prochain article !

Bisous, Ada.